Parlons-en à l'Enac : pas de fermeture de centre

22-05-2018

Lors des dernières négociations protocolaires, alors que l'USAC-CGT émettait des réserves sur le caractère obligatoire de suivre les recommandations de la Cour des Comptes, l'administration soutenait qu'elle était contrainte de le faire et a inscrit dans la version finale qu'un centre Enac fermerait. Or, la Ministre des Transports, lors de son passage à l'Enac jeudi dernier, a annoncé qu'aucun centre ne fermerait. Si nous ne pouvons que nous satisfaire de cette annonce, nous regrettons cependant que les personnels potentiellement concernés aient été plongés dans l'incertitude pendant de longs mois.

Publications assoc|iées

Voilà plusieurs semaines que sont débattues les conditions sanitaires de reprise de l’ENAC. Globalement, le résultat est très satisfaisant. L’USAC-CGT a d’ailleurs voté « pour » le Plan de Maitrise Sanitaire (PMS) validé en CHSCT ce jour. Vous trouverez notre compte rendu et avis en pièce jointe. La section USAC-CGT de l'ENAC
Le travail à distance, pratiqué en confinement et à temps plein, ne répond pas aux critères du « télétravail normal ». Au bout de 3 semaines « seulement », ce travail organisé dans l’urgence et sans précaution a abouti à la fermeture pour six jours de l’école (du 9 au 14 avril), à l’initiative de la direction. C’est la démonstration qu’il est indispensable de mieux
Bonjour,   L'école sera prochainement fermée pour quelques jours. Les congés seront imposés à l'ensemble des agents de l'ENAC. Nos explications détaillées sont en pièce jointe.   En bref : - Pour l'USACcgt, la situation nécessite des efforts, mais elle ne justifie pas tout non plus. L'imposition d
Mercredi 11 décembre, en écoutant notre premier ministre, Edouard Philippe, nous, les membres de la section USAC-cgt de l'Enac, nous nous sommes retrouvés un peu perplexes, à court d’arguments, face à nos contradictions. Edouard Philippe avait raison, il expliquait si bien cette réforme des retraites. Il était clair que nous nous étions trompés sur toute la ligne, on s’était bête